(Français) Des nouvelles des écoliers des Cayes

Извините, этот техт доступен только в “Французский”. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

         Huit mois après l’ouragan Matthew qui a ravagé le sud d’Haïti, l’espoir continue à grandir à l’Ecole saint Jean de Shanghaï soutenue par HAÏTI en Chœur. D’après les informations qui nous sont parvenues de Rose-May Legouté, coordinatrice bénévole du projet sur le terrain, l’école continue de fonctionner modestement. Les examens de fin d’année scolaire ont eu lieu au milieu du mois de juin. Les enfants se sont très bien débrouillés. Plus d’une trentaine vont être en classe supérieure. Leurs parents manifestent beaucoup d’intérêt pour leur réussite. Ce sont eux qui s’occupent du ménage à l’école. Les professeurs restent motivés même s’ils sont retardés dans leur travail à cause du manque de matériels scolaires. Leur paye a été assurée par HAÏTI en Chœur.
         Les parents des enfants de l’école saint Jean de Shanghaï vivent une situation précaire dans la ville des Cayes après l’ouragan Matthew. Les responsables remarquent des problèmesnutritionnels palpants chez les enfants. Et quand on leur sert le repas de la semaine à l’école, ils manifestent un désir fou de prendre leur plat. A l’école, on leur fait se laver les mains avec une serviette hygiénique avant le repas pour éviter le choléra et d’autres maladies. Cinq enfants n’ont pas pris part aux examens parce qu’ils étaient malades selon les propos de Rose-May. Sept autres qui ont commencé les examens n’ont pas pu les terminer pour des raisons de santé.

         L’année scolaire 2017-2018 prochaine, nous garderons les trois classes de maternelle qui ont été ouvertes. Beaucoup de difficultés se posent par contre concernant l’ouverture de la classe de CP. Les enfants de la section des grands continueraient ailleurs. Mais ce qui est le plus certain, c’est qu’ils resteront à nouveau à la maison ou plutôt dans les rues. Leurs parents n’auront pas les moyens financiers de les scolariser dans une autre école.